Bulletin Études sans frontières, section Québec
Automne 2019

---

Chers membres, donateurs, partenaires,

Le dossier des étudiants étrangers s’est retrouvé dans l’actualité québécoise ces dernières semaines, en raison de l’annulation partielle du PEQ — Programme de l’expérience québécoise — dont se prévalent certains étudiants étrangers diplômés d’établissements québécois, pour obtenir plus rapidement la résidence permanente, plutôt que de suivre la voie normale de l’immigration. Notons que ce programme a été rétabli pour le moment.

La présidente d’Études sans frontières, section Québec (ESF-Qc), a décrit dans le journal Le Devoir (14 nov. 2019) les exigences auxquelles sont soumis les étudiants étrangers, qui génèrent des frais importants à chaque étape du parcours, avant même le début de leurs programmes d’études au Québec.
https://www.ledevoir.com/opinion/idees/566959/etudiants-etrangers-2-0

Études sans frontières est un OBNL d’entraide et de solidarité internationales. Nous soutenons, par voie de concours, tout étudiant étranger admis à l’UQAM — provenant d’un pays en difficulté ou ayant connu des perturbations majeures — qui peut nous décrire son projet d’études et de vie, ainsi que les conditions qui l’ont amené à se trouver en situation financière précaire, de façon à ce que ESF-Qc puisse l’aider à compléter et réussir son programme d’études.

Certains étudiants qui ont bénéficié des bourses d’Études sans frontières, section Québec, nous ont avoué que sans notre aide, ils auraient été obligés d’interrompre leurs études car ils étaient vraiment arrivés au bout de leurs ressources, et leurs familles ne pouvaient plus les aider.

C’est ce qui nous motive à soutenir la cause d’ESF-Qc et essayer d’aider davantage d’étudiants talentueux, motivés et entreprenants qui soumettent leur candidature à notre programme de bourses.

---

NOVEMBRE, mois de la philanthropie — Début de la collecte annuelle d’ESF-Qc

Chaque don est un petit bloc qui s’ajoute aux autres pour former une grande pyramide et peut avoir un immense impact sur la vie de l’étudiant, de la société et de la planète, car les grands enjeux aujourd’hui sont de nature planétaire. Nos boursiers ne manquent pas de nous souligner qu’une bourse, quel qu’en soit le montant, est un encouragement à persévérer, à se dépasser et à terminer leur programme académique.

Depuis quelques années, novembre est le mois choisi par Études sans frontières, section Québec pour lancer sa collecte annuelle de fonds, qui se prolongera jusqu’à la fin décembre 2019. L’objectif, d’ici 2 ans, est de recueillir 15 000 $ qui nous permettront d’offrir une 2e bourse à perpétuité de 1000 $ annuellement, grâce aux sommes déjà amassées dans le fonds capitalisé à la Fondation de l’UQAM.

Nous remercions d’avance tous nos fidèles donateurs de l’UQAM et d’ailleurs qui, depuis 13 ans, soutiennent la cause d’ESF-Qc par leur générosité et/ou leur bénévolat.
Pour faire son don en ligne ou par la poste, il suffit de consulter le site Web de l’organisme à :
www.etudessansfrontieres.qc.ca

---

Lauréate 2019 de la bourse d’exemption des droits de scolarité à la maîtrise

PHOTO —  La boursière 2019 d’ESF-Qc, Asma Boushih, participait l’an dernier au 47e Mini-symposium physico-organique Ontario-Québec à l’Université York, à Toronto.

C’est l’étudiante en chimie de la Faculté des sciences de l’UQAM, Asma Boushih, qui a obtenu à l’été 2019 la bourse d’exemption des droits de scolarité à la maîtrise d’Études sans frontière, section Québec. Tunisienne d’origine, elle est déjà titulaire d’un diplôme en génie industriel de l’Institut national des sciences appliquées et de technologie (INSAT) de l’Université de Tunis. Elle est très impliquée dans son projet de recherche car il pourrait se révéler d’une grande portée pour la santé des populations vivant sous les latitudes chaudes, comme celles du continent africain.

Elle espère, en effet, développer un indicateur «temps-température» pour les médicaments et les aliments soumis à la chaîne du froid pour maintenir leur innocuité. Cet indicateur, qui pourra être collé sur les emballages des vaccins ou les boîtes contenant poissons, fruits de mer, etc., changera de couleur si la température limite pour leur conservation a été dépassée. Il informerait du parcours complet du produit, du fabricant jusqu’au magasin ou marché où il sera vendu.

Asma considère que cet indicateur pourrait contribuer au mieux-être des Tunisiens et possiblement sauver des vies, car les médecins auraient l’historique complet, depuis la production des vaccins à l’étranger jusqu’à leur livraison au pays. La Tunisie, précise-t-elle, connaît une crise du secteur de la santé depuis les manifestations qui ont mené à la chute du dictateur Ben Ali en 2011 et qui ont servi d’amorce à une cascade de soulèvements populaires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, que les médias ont qualifié de «printemps arabe».

---